Actualités

Protection de l'enfance : un savoir-faire qui n'a pas de prix par Claudy Lebreton

22 nov

imprimer

IMG_2304Vendredi 21 novembre, je suis allé à la rencontre des agents du Conseil général, qui œuvrent à la protection de l'Enfance en Côtes d'Armor, au cœur des réalités parfois éprouvantes de la vie des plus fragiles d'entre nous.

Cette visite a permis d'illustrer combien les choix politiques, si décriés parfois, savent apporter des réponses concrètes, et apaisantes, à des besoins, qui me semblent essentiels. Avec l'enfance, on touche à quelque chose d'extrêmement sensible : l'enfance, c'est le sanctuaire de l'innocence et de l'apprentissage. Ce moment de la vie qui devrait être plein de jeux, de joie et d'affection.

Ça n'est malheureusement pas le cas pour tous. Notamment les nourrissons placés à la pouponnière du Centre départemental de l'Enfance et de la Famille, sous la responsabilité du Conseil général, parce qu'il fallait assurer leur bien être.

Il est déterminant de savoir que la Collectivité a mis en place des réponses humaines, techniques, solidaires, à l'attention de chaque situation difficile. Nous n'empêcherons pas les ruptures familiales. Mais nous pouvons accompagner, et nous montrer présents, dès que les enjeux l'imposent.

Je repense aux mots d'une assistante familiale, qui nous a ouvert la porte de son domicile, vendredi matin. A propos des enfants, placés chez elle, elle confiait : « quels que soient les difficultés, les mauvais moments, on ne les lâche pas. On est là ».

C'est ainsi que je conçois le rôle des élus, et celui des services de proximité que nous défendons chaque jour : être là, simplement. Et ne jamais relâcher notre effort de solidarité.

Le Département des Côtes d'Armor engage chaque année 62 millions d'euros dans la protection des enfants. C'est un coût, mais ça n'a pas de prix, je le redirai chaque fois qu'il m'en sera donné l'occasion. Ces investissements remplissent chaque jour leur objectif. Car nous avons de plus amélioré notre fonctionnement bien au-delà des prescriptions légales.

La cellule de recueil des informations préoccupantes (CRIP) en est un exemple pertinent. En centralisant les informations et en dématérialisant leur suivi, avec nos partenaires judiciaires, nous avons considérablement facilité le repérage des situations urgentes, et la mise en place des réponses à apporter.

Le procureur de la République, avec qui j'ai pu échanger à l'occasion de ces visites, m'indiquait que le Département des Côtes d'Armor tient le haut du pavé, au niveau national, pour le fonctionnement de la CRIP. La qualité de notre prise en charge, très précoce, des situations fragiles a un impact très positif pour freiner le développement d'une délinquance des mineurs.

Les solidarités exigent de l'attention. De l'engagement et de l'innovation. C'est ainsi que les politiques restent à la fois humaines, et tournées vers l'avenir.

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre la conversation sur cet article en vous abonnant à son flux de commentaires .

Vérifiez votre commentaire

Prévisualisez votre commentaire

Ceci est une prévisualisation, votre commentaire n'a pas été publié pour l'instant.

En cours...
Votre commentaire n'a pas pu être publié pour la raison suivante :
Votre commentaire a été enregistré, il sera publié après validation par l'auteur. Poster un autre commentaire

Le texte saisi ne correspond pas à l'image, essayez de nouveau.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils seront soumis à l'appréciation de l'auteur avant publication.

« Pas de sursaut de l'humanité sans... la culture ! | Accueil | Redonner du souffle à l'économie locale »

La République des Territoires - Le Mag

Bienvenue dans la "République des Territoires", la partie "mag" – ou magazine – de mon site.

Cet Espace de réflexions et de débats, qui doit jouer le rôle « d’agitateur d’idées », propose des articles de fond sur la démocratie locale, l'organisation territoriale, la décentralisation, l'action des collectivités, les finances locales, etc.

Ouvert à tous, élus ou non, célèbres ou anonymes, chacun peut s’en saisir pour questionner, interpeller, proposer, faire valoir un point de vue sur ces thèmes. Mon rôle dans cette partie sera plus sûrement celui d’un « rédacteur en chef ».

Merci de vos contributions au débat !

Dernières contributions sur Le Mag

Publié dans La République des Territoires

Publié dans La République des Territoires, Politique

Publié dans La République des Territoires

Publié dans La République des Territoires, Vie locale

Vidéos

A Propos

Ouverture du marché avec Claudy Lebreton

A propos

Adhérent au Parti socialiste en 1975, devenu maire de Plénée-Jugon en 1977, je suis président du Conseil Général des Côtes d'Armor depuis 1997 ainsi que président de l'Assemblée des départements de France depuis 2004.

Logo Parti Socialiste

Me Contacter

S'abonner par email